Youssoupha – Noir Désir (2012) Lyrics

Première question: Qui peut prétendre écrire des chroniques sans prendre position? Moi, j’ai pris position en qualifiant « Noir D**** » de Youssoupha, meilleur album rap français de l’année 2012 et cela bien avant sa sortie le 23 janvier.

Pourquoi? Parce qu’il s’agit d’abord d’un travail de fond établi tout au long de l’année 2011. Non seulement au niveau du buzz (l’affaire Zemmour, La digitape « En attendant Noir Désir », le clip de « Menace de mort »), au niveau des excellentes apparitions qu’a enchaîné Youssoupha sur d’autres projets et de l’engouement qu’ont crée les extraits de « Noir D**** » sur le web avant la sortie de celui-ci.

Deuxième question: Comment condenser en une seule chronique tout ce qu’il est important de dire concernant « Noir D**** » le 3ème album de Youssoupha? L’affaire ne va pas être simple, d’autant plus que la qualité de ma chronique doit être à la hauteur de celle de l’album. Quoi qu’il arrive je me suis imprégner de celui-ci et le « Geste » qui suit, je vous l’offre par amour…

Avant tout « Noir D**** » est esthétiquement un album réussi. De par sa pochette réalisé par le photographe Fifou, connu et reconnu pour le nombre important de jaquettes d’album rap français qu’il a conçu. Réalisé sans retouche la pochette de l’album brise avec brio les codes du rap jeu.

En général, les rappeurs ont tendance à mettre leur visage sur la cover de l’album. Ici, Le prim’s parolier fait un pied de nez à l’industrie si bien formatée, en proposant une véritable oeuvre d’art photographique. Le message est « clair », malgré la noirceur du petit ange sur la jaquette…il s’agit du « désir noir ». En gros, ne peut-on pas désirer le noir et le trouver beau malgré le fait que cette « couleur » représente le négatif dans l’inconscient collectif? Ne trouvez-vous pas que cet ange est aussi beau que les anges blancs que vous avez-vu auparavant?

Musicalement parlant, la réussite de l’album est justifiée tout d’abord par ses sonorités. Il y a bien longtemps que je n’avais pas écouté un album de rap français aussi éclectique (D’ailleurs, avais-je déjà entendu du rap français? »). Bien que le fil conducteur soit bien évidemment le hip hop, « Noir D**** » est un savant mélange de Soul (par rapport aux voix sur le titre « L’amour » ou le refrain de « Viens »), de musique africaine (« Les disques de mon père » feat Tabu Ley Rochereau, « Noir Désir » avec le sample de Benda Bilili), de Pop/rock (« Dreamin » feat Indila), de jungle/dubstep et de musique électro (« La vie est belle » ou la déviation « We will rock you » de Queen sur « La Gestlude 1″ feat Sam’s) .

La classe dans tout ça, c’est que les ambiances se marient tellement proprement les unes, les autres qu’on ne sent même pas que finalement, niveau mélodie on est bien loin d’un album de rap basique (Vous me direz qu’est-ce qu’un album de rap basique?).

Un album de rap basique c’est tout sauf ce que vous pouvez entendre sur « Noir D**** ». Parce que vous me direz que c’est trop facile de faire un bel album avec des supers beatmakers et des arrangements digne d’un album tafé aux states (à ce qu’il parait ils ont les meilleurs mixages là haut). Ce que vous oubliez c’est que Youssoupha ne se contente pas d’avoir de bonnes prods, le emcee de Cergy les honorent comme il se doit. Comment fait-il? Et bien je vais vous dévoiler son secret…

Le rappeur à autant de techniques de poser différentes, qu’il y a de plumes sur les ailes de l’ange noir sur son album. En fait Youss n’a pas une belle plume, il en a plusieurs. « Noir D**** » c’est un dosage quasi parfait de punchlines, de vérités, de kickage, d’engagements, de critiques de la société mais aussi d’auto-critique, tout cela sans oublier l’amour… Et le rappeur le dit si bien dans ses différentes entrevues: « Avec Noir Désir, je voulais faire un album qui parle essentiellement d’amour ». Difficile de déceler où se trouve l’amour dans un texte comme « Menace de mort » ou « La vie est belle » par exemple. Mais au fond quand on écoute bien même quand les textes sont « violents » ou choquants, Youssoupha écrit et pose avec le coeur…N’avez-vous jamais été virulent verbalement avec un être cher? Si oui, demandez vous pourquoi?

Peu de featurings sur « Noir D**** » mais disons que Youssoupha a privilégié la qualité à la quantité. Lorsque l’on entend le fabuleux refrain d‘Indila sur le titre « Dreamin », ou la beauté du titre « Les disques de mon père » en featuring avec Tabu Ley Rochereau qui n’est autre que le père de Youssoupha, on se dit que les choix d’invités n’auraient pas pu être meilleur.

Je n’oublie pas la prestation de Corneille sur « Histoires vraies », les interventions de S-Pi et Sam’s sur les « Gestlude », de Taipan sur « Bouche à oreille », ainsi que le travail impressionnant de LFDV sur l’un des plus beaux titres de l’album « La vie est belle ».

« Noir D », est un mélange exquis de ce qu’il s’est fait de mieux dans le rap français, aussi bien textuellement que musicalement. Je n’ai pas peur de dire que Youssoupha est sur les voies de MC Solaar, Kery James (qui intervient d’ailleurs à la fin du titre « La vie est belle » ou bien même Oxmo Puccino. On ne peut pas qualifier un album de classique, deux jours après sa sortie mais je pense que « Noir D » est sur la bonne voie pour le devenir. Tellement de choses intéressantes sur cet album que je préfère vous laissez le découvrir par vous même.

Le seul gros bémol: Je ne suis pas d’accord avec le refrain de la « Gestelude » Part 2. Comme dirait Grice, mon grand frère spirituel « Ok ça l’fait mais on ne touche pas à Tupac, jamais Tupac »

Note: 9/10

Chronique rédigée par BasketsBlanches


« Back to the list of albums