Anodajay


About Anodajay

Steve Jolin, aka Anodajay, est né le 7 du 7 1977. Enfant de l’Abitbi-Témiscamingue, c’est pourtant de l’autre côté de la frontière, en sol ontarien, que le garçon de 12 ans monte pour la première fois sur les planches… L’instant, inoubliable, marque. Quelques années — et une maquette de trois chansons — plus tard, Steve Jolin devient Anodajay (pour anode de cuivre, ce cuivre avec lequel s’est écrit l’histoire de Rouyn-Noranda, et another “J”, un autre « J »), le premier rappeur de l’Abitibi.

Alors que paraît son Premier VII, un disque de 20 titres avec lequel il se présente à Montréal et ailleurs, il fonde en 2003 Les Disques 7ième Ciel. Un label rassembleur et engagé qui, grand défenseur du hip-hop local, révélera plus tard au Québec quelques-uns des plus influents visages de la scène, Samian, Koriass et Dramatik.

En juin 2006, Anodajay lance Septentrion, un deuxième album salué par la critique qu’il met à jour dans le cadre des Francofolies de Montréal. Celui qu’on surnomme désormais « le rappeur des bois » y interprète ce soir-là son adaptation du grand classique québécois La bitt-à-tibi, devenu sous sa plume Le Beat à Ti-bi. Titre fort, pont entre deux générations et audacieux mélange des genres, que rend plus encore éclaté la participation de l’inimitable Raôul Duguay, la chanson soulève la foule. L’extrait envahit les ondes des radios et le vidéoclip, les petits écrans de la province. Le succès est immense. La même année, l’artiste-entrepreneur — et éducateur physique — qui gère de sa région natale sa maison de disques et sa carrière se voit attribuer le titre de Personnalité artistique de l’année en Abitibi. Suivent de près cet honneur, qu’il accepte avec grande fierté, le prix du Vidéoclip de l’année au Gala SOBA pour le Beat à Ti-bi, le prix de la Collaboration de l’année et de l’Artiste populaire de l’année au Gala MU, ainsi qu’une nomination au MuchMusic Video Awards dans la catégorie Meilleur vidéoclip francophone.

Le 7 avril 2007, Anodajay organise à Montréal l’évènement HHD Hip-Hop Dépendant. Il réunit alors sur la scène du Club Soda certains des acteurs les plus en vue du hip-hop québécois. Le spectacle dure quatre heures et est présenté à guichets fermés. Applaudi par le public, par la presse et par l’industrie, l’événement est présenté à nouveau à l’Impérial de Québec puis au Festival des Montgolfières de Saint-Jean-sur-Richelieu, cette fois devant une foule de près de 12 000 personnes. Le HHD est alors reconnu comme le plus ambitieux spectacle de hip-hop jamais présenté au Québec — l’événement sera présenté pour une dernière fois au Métropolis en 2008, à l’occasion des 20 ans des Francofolies de Montréal — et son producteur, comme un homme d’affaires et un rappeur aguerri. À l’automne, Anodajay est mis en nomination au Gala de l’ADISQ dans les catégories Vidéoclip de l’année, pour Le Beat à Ti-bi, et Album hip-hop de l’année, pour Septentrion. Il est de même porté au grand écran alors que le Festival du Cinéma International de l’Abitibi-Témiscamingue présente Attentat 117 Nord, un documentaire relatant son histoire.

En 2010, alors que l’on célèbre le 7e anniversaire de ce prolifique 7ième Ciel — sur les scènes des Francofolies de Montréal et du Festival de musique émergente d’Abitibi-Témiscamingue, notamment —, et le succès toujours grandissant de ses acteurs, dont le rappeur d’origine algonquienne Samian, un guerrier des mots désormais connu de tous, le 7 septembre, celui que l’on qualifie de « grand frère du rap » en raison entre autres de son engagement auprès des jeunes met à jour le 7e album de 7ième Ciel, ET7ERA. Un album de paroles et de cuivre extrait de sa terre qui fait l’objet de critiques élogieuses en plus de rallier les publics.

Avec en main ce nouveau disque, dont l’extrait Jamais su, une relecture du classique Longtemps, souvent, énormément de Diane Tell, atteint le sommet des palmarès radiophoniques, Anodajay sillonne le Québec. Du Festival de musique émergente d’Abitbi-Témiscamingue, puis de la rentrée montréalaise de Samian au Club Soda, accompagné de Diane Tell, avec qui il prend également part à l’enregistrement de l’émission Studio 12 diffusée sur les ondes de Radio-Canada, il prend enfin part aux Francofolies où il s’exécute en première partie du vétéran français Akhenaton au Métropolis ; une soirée mémorable. À l’automne 2011, ET7ERA est mis en nomnitaion pour le Félix du Meilleur album hip-hop de l’année à l’Autre Gala de l’ADISQ, dans le cadre duquel il est invité à performer. Aux côtés d’une Diane Tell resplendissante dans un chandail doré, le rappeur ravit la foule et fait le bonheur des téléspectateurs, nombreux ce soir-là à synthoniser MusiquePlus. S’il repart bredouille, c’est au profit de Samian, un confrère qui permet aux Disques 7ièeme Ciel de décrocher leur tout premier Félix, une véritable consécration pour le label indépendant et son fondateur.

Anodajay's Albums

« Back to the list of artists